Médoc - N°124 - Juin/Juillet 2014

Littoral : l’Etat remet au pot

Lors de sa dernière visite en Médoc, le préfet Delpuech a annoncé une rallonge de l’Etat pour participer au financement des travaux d’urgence sur le littoral. Mais le reste à charge pour les communes demeure important.

Il y a deux attractions majeures actuellement à Lacanau. Le ballet incessant des excavatrices pour reconstruire les ouvrages littoraux et une grande roue de 50 mètres de haut (!) installée pour deux mois sur le front de mer. C’est à cet endroit stratégique que, le 28 mai dernier, une brochette d’élus (Samarcelli maire de Lège Cap-Ferret, Sabarot président de la CdC des Lacs médocains, Peyrondet maire de Lacanau et plusieurs adjoints) et d’officiels (gendarmerie, SDIS, ONF, sécurité civile…) ont accueilli Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine et de la Gironde.

Comme il l’avait fait l’an dernier à la même époque à Carcans-Maubuisson, le représentant de l’Etat est venu présenter le «dispositif de sécurité estivale» qui sera déployé prochainement. Avant de réunir ses interlocuteurs à la salle L’Escoure de Lacanau-océan, le préfet Delpuech a donc sacrifié au rituel du petit tour sur la terrasse surplombant le poste de secours central, véritable balcon sur l’océan. Non pas pour regarder la mer mais les engins de travaux publics en pleine action pour reprofiler le pied de dune.

Le visiteur n’est pas venu les mains vides, annonçant dès son arrivée une rallonge pour les communes sinistrées par les intempéries afin de financer les travaux de remise en état du littoral. L’aide complémentaire accordée par le ministère de l’Ecologie s’élève à 1,02 M€ à répartir entre les trois départements concernés et représente 30 % du montant estimé des travaux. Elle vient s’ajouter aux 1,9 M€ déjà débloqués au titre de ces travaux de réparation d’urgence. Sur l’ensemble du littoral aquitain, les montants actuellement engagés sur les chantiers de remise en état avant la saison représentent 7,26 M€. Avec l’enveloppe apportée par le préfet pour abonder le financement de dépenses supplémentaires, on devrait atteindre 10 M€. 

Une facture que les communes devront donc supporter aux deux tiers en attendant des financements complémentaires plus longs à débloquer. C’est le cas des fonds européens qui ne sont pas mobilisables directement mais par l’intermédiaire du conseil régional. Quant à la région précisément, elle devrait apporter son concours à la remise en état des équipements d’accueil du public et ce par le biais d’un avenant au contrat de plan Etat-Région.  On le voit, on racle les fonds de tiroir et tout l’enjeu de ce début de mandat pour les municipalités impactées par les dernières tempêtes est de trouver la bonne carburation budgétaire (voir interview des maires de Lacanau, Grayan, Vendays et Soulac).

Si la solidarité nationale s’exerce naturellement, il n’y a pas pour autant d’excès de générosité de la part de l’Etat. Les fonds mobilisés sont prélevés sur Programme dit 181 pour la protection de l’environnement et la prévention des risques, a précisé Michel Delpuech.
Même chose en ce qui concerne l’intervention des pouvoirs publics dans le dossier ubuesque du Signal à Soulac-sur-Mer.
L’Etat n’a pas l’intention d’aller au-delà de 50 % des coûts liés à l’acquisition et à la démolition de l’immeuble.

 

Photo : Entouré d’Henri Sabarot (à g.) et de Laurent Peyrondet (à dr.), le préfet d’Aquitaine Michel Delpuech s’est rendu sur place à Lacanau pour constater l’avancée des travaux d’urgence sur le front de mer.

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous