Sommaire du journal N°117 - Avril/Mai 2013

 

Chers lecteurs,

Au moment où les tempêtes de l’hiver ont attaqué une fois de plus les dunes et où le poste de secours de Carcans-Océan menace de dégringoler dans la mer, le comité de concertation de gestion de l’érosion a été mis en place à Lacanau – on sait que la station a été retenue, avec La Teste et Labenne dans les Landes, comme «site atelier» par le GIP Littoral Aquitain. Ce comité doit imaginer le «scénario de relocalisation». Premier couac : l’association Vive la forêt ne veut pas y siéger, estimant que la représentation des citoyens «sélectionnés par le maire» n’est pas satisfaisante. Notons que la présidence de l’association, qui a gagné depuis des années la plupart des recours qu’elle a engagés devant la juridiction administrative, a changé depuis la dernière assemblée générale le 23 février dernier. Dominique Gisson a laissé la place à Patrick Point, un universitaire de 65 ans, directeur de recherches au CNRS, spécialiste du développement durable et de la diversité, résident à Maubuisson. Celui-ci a expliqué son refus de siéger dans le comité dans une lettre lue au conseil municipal de Lacanau et qui a fait sursauter les élus comme Laurent Peyrondet qui a lancé au maire Jean-Paul David : «Vous allez voir, il va vous faire regretter Dominique !» (Dominique Gisson, l’ancienne présidente, Canaulaise).

Le 6 mars dernier, la commune de Saint-Georges-de-Didonne a décidé d’introduire un recours gracieux contre l’arrêté du préfet de la Gironde du 12 décembre 2012 créant une ZDE (Zone de développement éolien) au Verdon. Dans la continuation du combat de l’ancien maire et président du Conseil général de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, contre les éoliennes au Verdon. Un combat qui lui avait valu, l’an dernier, une remarque acerbe de la députée socialiste du Médoc, Pascale Got, qui l’avait invité à «élever le débat au-dessus de la serviette de plage».

Les élus saint-georgeais mettent également en avant la santé financière du groupe allemand Bard qui a annoncé la fermeture d’une filiale en Allemagne et le licenciement, à la fin de ce mois, de 120 salariés. Il reste que le groupe Bard, qui compte encore cinq filiales et 800 salariés, n’est pas à l’agonie. Et le maire du Verdon, Jacques Bidalun, fait remarquer que PMVE (Pointe du Médoc Le Verdon Energies) est indépendant juridiquement du groupe Bard. On en saura davantage quand on connaîtra les résultats de l’étude d’impact que PMVE mène actuellement au Verdon.

L’association Vivre à Soulac, membre du comité de suivi du plan de prévention des risques «recul du trait de côte et avancée dunaire» a publié une longue réflexion intitulée «Plages en danger à Soulac». Nous la publions sur notre site internet www.jdpmedoc.info.

Claude Fouchier

 

Dernière minute

Médoc

Vins

Lacanau

Carcans-Maubuisson

Hourtin

Naujac-sur-Mer

Vendays-Montalivet

Grayan-et-l'Hôpital

Soulac-sur-Mer

Le Verdon-sur-Mer

Loisirs

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous